<$BlogItemShareWidget$>Les Amis de Port-Navalo

Les Amis de Port Navalo est une association créée pour établir des liens de convivialité, réaliser des animations, préserver la qualité du site de Port-Navalo...

08 mai 2020

Arzon. Le maire craint « Un raz de marée pour l’économie »

Arzon. Le maire craint « Un raz de marée pour l’économie »

Le maire Roland Tabart dresse un état des lieux alarmant, face à cette crise sanitaire. Il veut réunir commerçants et artisans pour débattre sur la relance et se dit favorable à l’ouverture des plages, sous certaines conditions. Entretien.

Roland Tabart

 

Roland Tabart  Ouest-France Publié le 07/05/2020 à 16h59

Entretien avec Roland Tabart, maire d’Arzon.

Avec cette crise, l’économie et notamment le tourisme ont pris un sacré coup. Avez-vous fait un état des lieux ?

Nous sommes obligés, au niveau de la mairie, de déployer un plan de relance économique dans lequel j’inclus le tourisme, sinon la commune va connaître un raz de marée. Elle sera sinistrée avec, pour conséquence, beaucoup d’entreprises en difficulté financière et même des dépôts de bilan, et derrière des chômeurs.

Nous avons des réunions avec le préfet qui est très à l’écoute et le vice-président à l’économie. Je dois leur exposer notre situation et j’attends des réponses sur le soutien aux entreprises. J’ai demandé à tous les acteurs économiques de la commune de me donner leur chiffre d’affaires de janvier à avril 2019 puis 2020. Les pertes vont de 30 à 70 %, même 100 % pour certains.

Quelles solutions envisagez-vous ?

Il va falloir tout faire pour allonger la saison, commercialiser de nouveaux produits, innover, assouplir les horaires, créer de nouveaux services, livrer, etc. Nous les aiderons.

Entre autres, je ne peux décemment pas leur faire payer des droits de terrasses. Il faut aussi que la population les soutienne. Je me bats pour avoir des réponses pour les saisonniers.

Je sais qu’il y a des étudiants qui seront étranglés et qui ne pourront pas continuer leurs études s’ils ne font pas la saison… et pas seulement eux.

Le marché de Port-Navalo ouvrira le 1er vendredi de juin. On étudie la question des commerçants autres qu’alimentaires. Je vais réunir dès que possible les commerçants et les artisans pour débattre avec eux sur cette relance.

Quid des plages et des sentiers côtiers ?

Je suis pour l’ouverture des plages, avec certaines règles. Du Fogeo à Landrezac, nous avons plus de 30 km de plage, qu’on s’y promène, oui, qu’on s’y baigne, oui, qu’on y pose sa serviette le temps de sécher ou de manger un sandwich, c’est oui. Sur ces grandes plages, on peut se trouver facilement à 100 m les uns des autres. Mais sur les petites plages comme celle de Port-Navalo qu’on se retrouve à 400 sur des serviettes, je dis non.

Je ne veux pas être un acteur du développement de la pandémie. Par contre, on pourrait réserver cette plage à la baignade. Il faut définir des règles.

En ce qui concerne les sentiers côtiers bien sûr que je suis pour qu’on s’y promène, mais pas en groupe. Chacun doit se sentir responsable.

L’école est-elle prête à rouvrir ?

Oui. Nous avons travaillé avec la directrice de l’établissement, la directrice des services, Catherine Leclerc, conseillère, et Pascal Lefèvre, responsable du pôle enfance jeunesse. Compte tenu de nos locaux, nous pouvons accueillir nos 92 enfants, en respectant les règles.

Reste une incertitude : la restauration. Après plusieurs mails et relance téléphonique, à ce jour, environ 70 % des enfants reviendront.

Une distribution de masquesest-elle prévue ?

Mercredi 13 mai, nous irons chercher à Quimper, chez Armor Lux, 2 000 masques, puis 2 500 autres arriveront. Jeudi 14 ou vendredi 15 mai, ils seront distribués à la population arzonnaise sur le principe des listes électorales dans les trois bureaux de la maison des associations.

Au total, 37 bénévoles ont aussi fabriqué des masques pour les plus fragiles, et porté de l’aide aux personnes âgées, je les remercie. Je rends hommage à notre personnel médical et paramédical, aux responsables et agents qui ont « bunkerisé » le foyer logement et le domicile partagé. Nous n’avons pas eu un seul cas de Covid 19.

On compte une centaine de personnes âgées qui vivent à domicile, les auxiliaires de vie les ont régulièrement visités. Elles ont eu besoin de soutien moral, leur tâche n’était pas facile face à des personnes qui avaient peur.

Posté par JPL56 à 19:44 - EXPOSITIONS - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Arzon. Le maire craint « Un raz de marée pour l’économie »

Nouveau commentaire